Les Restos demandent un plan européen

13 septembre 2018

Stratégie de lutte contre la pauvreté : Les Restos du Coeur demandent un plan européen

DES AVANCÉES RÉELLES

La Stratégie de lutte contre la pauvreté présentée par le Président de la République vise à lutter contre la reproduction de la pauvreté d’une génération à l’autre et à favoriser la réinsertion durable des personnes.

Elle comporte plusieurs mesures utiles pour faciliter l’accès à l’alimentation des plus démunis et en particulier des enfants : la généralisation des petits déjeuners ou les dispositions en faveur de l’accès aux cantines scolaires vont dans le bon sens, alors que 38% des personnes accueillies des Restos sont des enfants. Le développement des crèches et des modes de garde collectifs est essentiel pour aider les familles monoparentales, qui représentent la moitié des familles accueillies au sein de l’association.

L’orientation qui vise à renforcer l’accompagnement, notamment celui des jeunes, correspond à ce que font les Restos, qui offrent chaque année la possibilité à des milliers de personnes de s’en sortir et de retrouver leur autonomie, en faisant de l’aide alimentaire un levier d’inclusion sociale et d’insertion. L’association a développé de nombreuses actions pour faciliter le retour à l’emploi des personnes accueillies, notamment via les ateliers et chantiers d’insertion : 54 % des salariés en insertion trouvent un emploi ou une formation à l’issue de leur passage aux Restos.

C’est avec ce même souci d’efficacité que les Restos analyseront la mise en place du service public d’insertion et du revenu universel d’activité, lorsqu’ils auront été concrètement déclinés.

ALLER PLUS LOIN POUR REDONNER CONFIANCE AUX PERSONNES DÉMUNIES

L’accès au marché du travail n’est pourtant pas la réponse unique à toutes les situations. Il faut accepter qu’il n’est pas possible pour tout le monde et qu’il ne prémunit pas toujours les personnes de l’exclusion : retraités pauvres, notamment en milieu rural, travailleurs pauvres, personnes en invalidité… La lutte contre l’exclusion doit répondre plus efficacement à la diversité des parcours et des personnes, en particulier pour celles qui sont en situation de grande exclusion.

Beaucoup d’autres sujets ne sont pas traités ou insuffisamment : la situation dramatique des mineurs isolés ou celle des mères à la rue avec enfants. Comment la France peut-elle ainsi ne pas respecter les engagements internationaux pris pour l’application de la convention internationale sur les droits de l’enfant ?

Il faut donc aller beaucoup plus loin pour redonner aux personnes démunies une pleine confiance dans l’avenir.

UN PLAN EUROPÉEN DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ ET L’EXCLUSION

Après la Stratégie nationale, il faut un plan européen de lutte contre la pauvreté. Le budget européen post-2020, présenté il y a quelques mois, n’est pas à la hauteur des enjeux. Alors que plus de 40 millions de personnes en Europe sont en situation de grande pauvreté, les moyens accordés à la lutte contre l’exclusion risquent de diminuer fortement.

Les Restos demandent au Président de la République de défendre un plan européen de lutte contre la pauvreté, via le renforcement du Fonds européen d’aide aux plus démunis (FEAD), pour répondre à l’urgence humanitaire et sociale en Europe.