Présentation | Restos du Coeur

Présentation

Coluche en 1985, lors de la création des Restos du coeurFondés par Coluche en 1985, les Restos du Cœur est une association loi de 1901, reconnue d'utilité publique, sous le nom officiel de « les Restaurants du Cœur - les Relais du Cœur ». Ils ont pour but « d'aider et d'apporter une assistance bénévole aux personnes démunies, notamment dans le domaine alimentaire par l'accès à des repas gratuits, et par la participation à leur insertion sociale et économique, ainsi qu'à toute action contre la pauvreté sous toutes ses formes ».

 

Les Restos aujourd'hui

Presque 30 ans plus tard, ce sont 130 millions de repas équilibrés qui sont distribués par l’association (2013-2014). Les Restos du Cœur ont malheureusement largement franchi la barre d’un milliard de repas servis depuis leur création…

Aujourd’hui, les carences alimentaires les plus graves ont presque disparu, mais la pauvreté a pris un autre visage : accidents de la vie, contrats précaires et travailleurs pauvres, jeunes de moins de 25 ans ne disposant pas du RSA, retraités disposant du seul “minimum vieillesse”…

En France, 8.5 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté. Source : INSEE, Septembre 2014.

L'aide alimentaire permet une aide d'urgence mais représente surtout le point de contact privilégié pour permettre un accompagnement vers l'autonomie. La relation de confiance tissée pendant l’accueil et l’engagement des bénévoles pour leur venir en aide permet de proposer les pistes d’une réinsertion sociale : ateliers et jardins d’insertion, lits hébergement d’urgence,camions et points repas chauds, Restos Bébés du Coeur, départs en vacances, ateliers d’accompagnement scolaire et de lutte contre l’illettrisme, initiation à l’informatique, conseils budgétaires, accès à la justice et aux droits, soutien à la recherche d’emploi (SRE) et microcrédit personnel…

Provenance des ressources

La plus grande partie des ressources de l’association provient des dons et legs (44.9% en 2013-2014). S’y ajoutent les produits des opérations Enfoirés (12.5 % en 2013-2014) et les subventions des collectivités publiques (en 2013-2014, 18.6.4% pour les organismes nationaux, 11.3 % de produits en provenance de l’Union Européenne et 5.8% de produits divers et financiers).

 

Frais généraux réduits

Les Restos du Cœur sont très soucieux d'utiliser au mieux ces fonds publics et privés : les frais généraux sont réduits (7.3% en 2013-2014) et les dépenses superflues éliminées. En conséquence, plus de 93 % des ressources sont consacrés aux actions de l'association.

 

Périmètre d'action

L'activité de l'association ne s'exerce que sur le territoire français métropolitain. Il n'existe aucune association agréée en dehors de l'Hexagone, car cela nécessiterait des structures de gestion beaucoup plus lourdes et donc plus onéreuses. Et, parce que les législations et les règles fiscales sont différentes, aucune association basée ou opérant à l'étranger ne relève de l'association française.

L’action conduite par les Restos du Cœur, association nationale et associations départementales, associations de droit français, est limitée à un territoire national.

Cette action répond à des critères et des gestions spécifiques prédéfinis et contrôlés selon des normes qui ont fait l’objet d’une approbation sans réserve par les autorités de tutelle et, notamment, par la Cour des Comptes et le Conseil d’Etat.

Certaines associations françaises et/ou étrangères, notamment en Belgique, se revendiquent directement et/ou indirectement d’une filiation avec les Restos notamment en utilisant, dans leur dénomination et/ou leur communication, la marque « Restos du Cœur ».

Notre association tient à préciser que l’attitude de ces associations crée, volontairement ou non, une confusion dans l’esprit du public.

Notre association se doit de préciser qu’il n’existe aucune filiation avec ces autres associations dont, par ailleurs, le mode de fonctionnement, l’éthique et l’activité diffèrent de  l’action conduite par les Restos.

S’agissant plus particulièrement de l’association de droit belge, elle répond, dans son mode de fonctionnement, à des critères qui sont très sensiblement différents de notre éthique.

Sans que ces exemples soient exhaustifs, la charte de cette association belge n’interdit pas à ses administrateurs d’exercer des mandats politiques, ce qui n’est pas le cas en France.

On constate également que les repas chauds servis en Belgique sont payants, dans la mesure du possible, alors que la gratuité est un élément fondateur de l’aide alimentaire telle qu’elle est pratiquée par notre association en France.

On pourrait d’ailleurs citer d’autres exemples, notamment quant au mode de fonctionnement de cette association qui a recours, de manière significative, à du personnel salarié alors même que les Restos font principalement appel au bénévolat…

Dans ces conditions, notre association tient, à nouveau, à préciser qu’il n’existe aucun lien de filiation avec ces associations tierces et se doit de souligner qu’aucun amalgame ou confusion ne saurait être accepté.