Fin de la 30ème campagne d’hiver des Restos du Cœur

16 mars 2015

Cette 30ème campagne s’achève et le nombre de personnes accueillies dans les centres de distribution des Restos s’est stabilisé autour d’un million de bénéficiaires.

Crédit photo : Eric Patin

Le constat est même à une diminution de la fréquentation dans certains départements. Comme chaque année, la campagne d’été prend le relais dans plus des trois-quarts des centres de distribution.

Les dons agricoles

Les Restos ont bénéficié des résultats de leurs combats précédents : tout comme le lait depuis l’an dernier, les oeufs et les fruits et légumes sont en passe de bénéficier de mesures d’incitation fiscale. Ce serait un progrès important mais l’ouverture d’une expérience sur une filière « viande » est indispensable. Espérons que les travaux sur la fiscalité agricole de l’Assemblée lèveront les freins administratifs…

Lutte contre le gaspillage alimentaire : inciter sans contraindre

Les Restos, rejoints par la plupart des autres associations, prônent le renforcement de la lutte contre le gaspillage alimentaire en sécurisant les mécanismes d’incitation et en clarifiant les conditions fiscales du don des invendus alimentaires. La pénalisation de la destruction des produits encore consommables et l’augmentation du plafond fiscal semblent nettement préférables à une obligation de don qui ne serait qu’une mesure d’affichage sans possibilité réelle d’application.

L’insertion, au cœur des Restos

L’aide alimentaire est la première des actions d’insertion. Aux Restos du Cœur, elle se prolonge sous les formes les plus diverses : microcrédit social, lutte contre l’illettrisme, soutien à la recherche d’emploi, logement et hébergement d’urgence, conseil juridique, départ en vacances… Ceci permet, par exemple, à 32% des personnes en chantiers d’insertion de s’en sortir.

Favoriser le bénévolat, et surtout ne pas le décourager

Toutes ces actions sont possibles grâce à l’engagement des 67 600 bénévoles, qui permettent chaque année d’accompagner les plus démunis avec des résultats très positifs. Le bénévolat, source de lien social efficace, est donc une ressource à préserver. Les Restos attendent des pouvoirs publics des signes forts pour éviter que les bénévoles ne se découragent face à la lourdeur des procédures administratives. En particulier dans les structures d’insertion, dans lesquelles la place du bénévolat n’est pas reconnue, alors que leur rôle est essentiel dans l’efficacité du retour vers l’emploi ou vers le logement.

Et les familles à la rue ?

Les Restos ont également lancé une alerte sur l’augmentation du nombre de familles à la rue. Le plan de lutte contre la pauvreté et les annonces sur la diminution des nuitées hôtelières doivent être suivies de faits concrets pour apporter des solutions pérennes à ces situations humaines dramatiques.

Ainsi donc, cette « petite idée comme ça… » lancée il y a trente ans par Coluche, apporte la preuve qu’elle donne « de grands résultats » pour peu qu’on veille à l’appliquer à la lettre…

Lors de la collecte nationale des 6 et 7 mars 2015, 79 000 bénévoles ont permis de récolter 14% de denrées en plus que l’an dernier. Cette mobilisation et ce soutien exceptionnel des français permettront de distribuer 7 millions des repas supplémentaires au cours de la campagne d’Eté qui débute.

Meilleure audience de l’année pour le concert ” Sur la route des Enfoirés “, qui a réuni près de 11 millions de téléspectateurs le vendredi 13 mars sur TF1. Les CD et Les DVD sont dans les bacs : l’an dernier, ces ventes ont financé l’action des Restos à hauteur de 22,5 millions d’euros nets, soit plus que l’aide européenne.

En tête des audiences, le magazine ” Sur le route des Restos du Cœur “, diffusé le même jour à 23h50 sur TF1, a réuni plus de 2 millions de téléspectateurs.